Perry Bible Fellowship, l'intégrale

L'intégrale d'un des plus célèbres webcomics du monde, lauréat de multiples prix et qui a inspiré les plus grands est chez lapin, en 272 pages couleur et une belle couverture cartonnée.

Plus de détails

18,48 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Précédent
  • Badges Paka-Méchant

    Badges...

    3,83 €

    Les badges méchant Paka, c'est 5 badges avec...

  • Le kit badges ou magnets oncle raciste

    Le kit...

    8,33 €

    Les cinq badges "oncle raciste".

  • PyramideBougie ( Version Poche )

    PyramideBoug...

    8,06 €

    Pyramidebougiepublictournerpont-virgulejordanie...

  • La Nostalgie de Dieu, l'intégrââl

    La Nostalgie...

    25,59 €

    La nostalgie de Dieu, l'anthologie aux éditions...

  • Oglaf

    Oglaf

    13,27 €

    Un livre sur un monde...

  • Il était une fois n'importe quoi : recueil de Des Lignes Mal dessinées

    Il était une...

    14,22 €

    Un ours venu de l’espace, un hamster dépressif,...

  • Tee-shirt Papa Sirène

    Tee-shirt...

    8,33 €

    Le tee-shirt papa sirène, magnifique tee-shirt...

  • Badges WaZO

    Badges WaZO

    3,83 €

    Les badges de Wazo, 5 magnifiques badges avec...

  • la Souscription Lapin

    la...

    65,40 €

    La grande souscription lapin est un moyen...

  • Chromatopsie

    Chromatopsie

    22,75 €

    Des personnages hauts en couleurs en quête...

Suivant

Certains ne connaissent pas encore the Perry Bible Fellowship, pourtant publié en ligne depuis 2001, et qui a reçu deux prix Harvey et un prix Eisner. Mais il y a de bonnes raisons de passer à côté, car depuis la nuit des temps, l’Homme le sait : c’est insupportable de lire des bandes
dessinées en numérique, en plus c’est en anglais. Les strips de Perry Bible Fellowship devraient faire l’objet d’un livre traduit en français. C’est maintenant le cas, merci Lapin, vous devriez vous le procurer.
C’est fait ? Bien.
à présent vous devriez sauter la préface et vous plonger immédiatement dans l’univers de Nicholas Gurewitch, qui manie l’humour tel un alchimiste de la gaudriole, basculant tantô de la poésie à l’horreur, de l’horreur à la poésie, de l’horreur à une autre horreur, du sentimental à
l’absurde, de l’absurde à l’absurde, de... Bon sang, vous êtes encore en train de lire la préface, qu’est-ce que je viens de dire ? Je brode, je gagne du temps, pour que vous en ayez pour votre argent et pour prolonger la lecture de ce livre qui vous semblera trop courte, tant elle sera intense. Encore que PBF fait appel à l’intelligence de son lecteur, ce qui ralentit parfois le déchiffrage de certains gags pour un bonheur décuplé. Car il en va des blagues comme des bombes, les meilleures sont à retardement. Souvent, les deux premières cases sont indécodables, presque abstraites, on ne comprend pas le concept... puis vient la chute et tout s’illumine dans un éclat de rire solitaire qui vous fera passer pour une nouille s’il y a du monde autour.
Je continue, mais j’espère sincèrement que vous avez tourné la page.
L’intérêt de ce livre, parmi tant d’autres, est de voir la naissance, l’évolution graphique d’un auteur. Ses personnages minimalistes, humains nus, désincarnés, rejetons du pictogramme des toilettes et d’un Playmobil, évoluent, deviennent plus nets, s’habillent, s’enrichissent de détails et se mélangent à d’autres modèles graphiques. Car l’auteur se met en danger, il essaie tout, faisant de ses maladresses une force, utilisant des techniques ingrates d’aquarelle qui tranchent avec sa simplicité habituelle, mimant le cartooniste new yorkais comme le dessinateur naturaliste...

(extrait de la préface de B-gnet)

Preview